Le printemps arrive dans les champs…

... et bientôt dans les assiettes

Les jours rallongent, les sols se réchauffent… Depuis le début du mois de mars, l’effervescence a de nouveau gagné nos champs. Travail du sol, semis et plantations occupent déjà à temps plein nos maraîchers.

Dès que les terrains sont suffisamment secs en sortie d’hiver, les producteurs commencent à décompacter le sol à l’aide d’outils à dents. Ce travail du sol, primordial en agriculture biologique, permettra aux végétaux de développer des systèmes racinaires importants. Ce travail assure une bonne implantation de la culture, qui demandera par la suite moins d’arrosages et de fertilisation et sera plus résistante aux agressions des ravageurs et maladies.

Les stocks de légumes de conservation commencent à s’épuiser, il est temps de passer aux légumes primeurs ! Cette année, les radis affluent déjà dans les paniers, car plusieurs producteurs ont développé cette production sur leurs exploitations en assurant une meilleure maîtrise technique. Le travail du sol et le semis doivent être en effet très soignés pour obtenir une culture assez homogène : il faut avoir un minimum de tri à faire au champ pour botteler facilement.

Le radis présente le formidable atout d’avoir un cycle de culture très court et d’être assez rustique au froid. C’est donc logiquement le premier légume de printemps à arriver dans vos assiettes.

La laitue batavia vient également de bonne heure, mais au prix d’efforts conséquents… Pour récolter celles qui garnissent actuellement vos paniers, Alain Yvon réalise ses plantations de mi-novembre à début décembre, sur son exploitation située à quelques kilomètres de Blois. Ce créneau de production est risqué car les plants vont subir tout l’hiver, ce qui les affaiblit et augmente le risque d’attaques de champignons pathogènes comme le redouté mildiou. Pour s’en prémunir, Alain doit constamment surveiller sa culture : il faut aérer suffisamment, même lorsqu’il fait froid, pour limiter le taux d’humidité dans ses tunnels. Par temps très froid, il faut également couvrir les plantes avec un voile de forçage pour les protéger du gel. Enfin, il faut être très vigilant pour arroser les plantes au bon moment, car il n’est pas toujours possible d’arroser en fonction de la météo : le feuillage doit pouvoir sécher très rapidement, toujours pour éviter les maladies. Pas de répit donc pour pouvoir vous proposer des salades en cette saison.

D’autres légumes-feuilles assez rustiques comme les blettes et les épinards ou des racines comme les oignons blancs et les carottes sont cultivés sur le même créneau afin d’en disposer tôt en saison, mais ils demandent les mêmes efforts de vigilance accrue. Viendront aussi rapidement les cultures pluriannuelles comme la rhubarbe (qui pointe actuellement le bout de son nez hors de terre), la fraise et l’asperge.

Pour améliorer leur maîtrise technique de ces productions stratégiques, plusieurs producteurs du groupement se sont rendus fin février dans la région nantaise pour visiter des exploitations spécialisées en légumes primeurs. Cet échange nous a permis d’acquérir plusieurs trucs et astuces qui permettront de mieux valoriser les tunnels qui se développent chez les producteurs. Les maraîchers sont ainsi revenus avec pleins de bonnes idées en tête ! Cet enrichissement technique est nécessaire pour une amélioration globale de la qualité et de la diversité des produits proposés dans les paniers, afin de toujours plus vous satisfaire !

Bravant la pluie bretonne, nos producteurs viennent examiner la production d’épinard sous petits tunnels nantais

Qui sommes-nous ?