• Mâche
  • Betterave
  • Carotte
  • Courge Potimarron
  • Pomme
 
 

En direct des champs du Val de Loire

Les vacances se terminent pour beaucoup d’entre vous mais l’activité bat encore son plein dans la campagne du Centre ! Si quelques producteurs arrivent tout de même à se dégager quelques jours de répit en saison (moyennant une très bonne organisation), la plupart ne quittent pas leur ferme, car les légumes n’attendent pas… Le climat humide de ce mois d’août a notamment provoqué de fortes poussées d’adventices (le mot savant pour ne pas dire « mauvaises herbes ») qu’il faut contrôler pour assurer la production.

            Le désherbage constitue en effet un des postes fondamentaux de la réussite d’un producteur biologique. La majeure partie du travail est assurée à l’aide d’outils portés par un tracteur : dents, brosses, socs en tout genre constituent tout autant d’armes qu’il faut savoir utiliser en fonction du terrain, de la culture en place et du type d’adventices que l’on doit contrôler. Mais la mécanisation du travail ne peut se faire qu’entre les rangs de légumes. Sur le rang, entre les plantes, le désherbage ne peut se faire que manuellement, cette fois-ci au moyen de binettes manuelles, pour le travail le plus grossier. Pour le désherbage le plus fin, au plus près des plants, les seuls outils efficaces sont : la main, le couteau (très efficace car précis et rapide) et… la fourchette ! Cette dernière est utilisée chez Patrick Maliet à Millançay, car elle permet également un travail précis et elle est bien pratique pour arracher les racines des jeunes plantules les plus récalcitrantes.

            En ce moment, les producteurs assurent les implantations et semis de cultures d’automne-hiver : les radis et les navets sortent de terre, bien cachés sous des voiles anti-insectes qui préviendront les attaques de mouches qui les rendent véreux. Les épinards sont également en début de croissance et seront prêts à couper d’ici un mois.

Sous les tunnels, des fenouils, des choux raves, des céleris branches et des blettes ont été plantés pour apporter de la verdure dans les paniers du début d’hiver. Les blettes seront récoltées en fin d’automne puis passeront tout l’hiver à l’abri, où nos maraîchers les couvriront avec précaution par des voiles afin de leur éviter les fortes gelées. Une autre récolte sera alors possible dès le mois de mars, après quoi les plantes, lassées de tant d’ingratitude, finiront par monter à graine sous l’effet des jours croissants et des premières chaleurs.

L’heure est aussi aux récoltes : les légumes fruits sont toujours abondants dans les tunnels même si la maturation est ralentie par le temps frais qui nous poursuit depuis maintenant un mois. Enfin, de gros chantiers commencent en plein champ : par exemple, la récolte des pommes de terre bat maintenant son plein. Il faut soigner cette étape pour assurer une bonne conservation jusqu’au printemps prochain : éviter les chocs, trier les tubercules malades pour éviter les contaminations et stocker en chambre froide dans de bonnes conditions… Toutes ces opérations sont nécessaires pour vous permettre de réaliser de bonnes soupes et de délicieuses frites jusqu’en avril !

 

Qui sommes-nous ?