• Salade
  • Betterave botte
  • Courgette
  • Pomme de terre primeur
  • Fraise
 
 

Des noyers dans la plaine

La Beauce est une vaste région à vocation agricole communément appelée le « grenier de la France » pour sa très importante production de céréales diverses. Nombre d’entre vous connaissent cette grande étendue qui s’étale au sud de la région parisienne, déployant à perte de vue des plaines interminables dont aucun arbre ou colline ne viennent rompre la monotonie… Eh bien il y a du changement !

Dans le petit bourg de La Chapelle Saint Martin, à 20 km au nord ouest de Blois, Alain Yvon cultive des céréales sur une trentaine d’hectares, ainsi que des légumes pour vos paniers dans ses 3 petits tunnels (courgettes, salades, poivrons et blettes entre autres). Un joyeux poulailler abritant une centaine de poulettes complète l’exploitation.

Alain se souvient encore du temps où il pouvait faire la sieste à l’ombre des arbres et où les vignes avaient toute leur place dans ce paysage… « Avant, les anciens cultivaient des noyers, des pêchers, mais aussi des légumes, entre les rangs de vignes. Ils utilisaient des moutons pour désherber naturellement sous les arbres. » Tout un écosystème en équilibre… c’était avant que n’arrive sur cette paisible campagne la révolution agricole et son rouleau compresseur !

Cette nostalgie a depuis longtemps donné à Alain l’envie de replanter des arbres, pour renouer avec un environnement plus cohérent et un paysage moins monotone.

Profitant d’un projet régional de plantation de noyers, il a à présent réalisé son souhait : 350 arbres ont ainsi été plantés sur ses parcelles. Il a choisi une variété assez ancienne et rustique répondant au doux nom de « Franquette ». Ces arbres seront conduits en « double-fin » : la moitié sera coupée dans 15 ans pour fournir du bois tandis que l’autre moitié sera taillé plus court pour la production de noix. Il faudra être patient, car la première récolte n’est pas prévue avant 7 ans !

Pour Alain, l’intérêt de ces arbres va encore au-delà : ses parcelles étaient auparavant organisées en îlots de taille trop importante. Les noyers sont plantés en rangs réguliers au milieu de ses champs de céréales, afin de séparer les parcelles : c’est ce qu’on appelle l’agroforesterie (productions arboricole et céréalière associées). Ces bandes enherbées et plantées d’arbres vont aussi servir de zones refuges pour toute une faune et flore diversifiée, dont notamment des oiseaux et des insectes «auxiliaires », qui permettront la maîtrise des populations de limaces dans les céréales. De plus, le fait de ne pas conduire les noyers tous ensembles en verger classique permet de limiter le risque de maladie sur les arbres.

Arbres, céréales, légumes et poules cohabitent à présent sur l’exploitation… toute une diversité pour un environnement en équilibre et une agriculture plus cohérente.

 

 

Qui sommes-nous ?