• Radis
  • Courge potimarron
  • Blette
  • Carotte
  • Raisin
 
 

En direct des champs (humides) du Val de Loire

Quoi de neuf chez nous depuis notre dernière actu ? Eh bien malheureusement pas grand-chose si l’on se contente de regarder les champs par la fenêtre… La météo décidément fort capricieuse de ce début d’année ne permet toujours pas aux tracteurs de circuler librement dans la campagne. Les journées passent et le retard s’accumule… Les semis de petit pois et de fèves que l’on réalise dès le mois de février les bonnes années, n’ont toujours pas été faits chez certains paysans (ceux qui ont les terres les plus « amoureuses », souvenez-vous…). C’est problématique car la production va être plus tardive et nous sommes déjà bien en peine de remplir les paniers en ce moment, suite aux très faibles récoltes de 2012… Bien d’autres travaux sont également en retard : travail du sol et épandage des composts et fumiers qui ne peuvent pas se faire tant que la terre est trop humide. Beaucoup de plantations sont ainsi en retard: normalement à cette époque de l’année, les champs de maraîchers sont couverts de voiles blancs (appelés voiles de forçage) qui servent à protéger les jeunes plantations des petites gelées matinales. Cette année, point de voile en vue, car nos petits plants sont encore bien au chaud dans les pépinières, en attendant qu’on puisse les mettre en terre.

Vite, retournons donc, nous aussi, à l’abri sous nos tunnels, où nous pouvons vaquer librement à nos occupations, qu’il pleuve ou qu’il vente. Et là, une belle surprise nous attend : les premières tomates sont plantées ! Les deux producteurs les plus téméraires sont cette année encore Patrick Maliet, notre célèbre producteur de Sologne, et Julien Chenault, jeune maraîcher dynamique de la ceinture verte orléanaise. Tous deux ont comme autre point commun d’être équipés de serres en verre, où ils plantent chaque année très tôt les premières tomates. C’est un véritable challenge technique qu’ils relèvent avec panache pour vous offrir les premiers fruits dès la deuxième quinzaine de juin. Du nouveau cette année en tomate : nous allons tester plusieurs variétés de tomates jaunes-oranges, une couleur qui fait défaut pour le moment dans l’assortiment que nous vous proposons. La difficulté ? Trouver une variété qui ait du goût, car la plupart des tomates jaunes sont plutôt fades. Et il faudra aussi qu’elle se tienne bien dans les paniers, pas question de vous livrer des compotes de tomate… Ces nouveautés vous seront bien entendues présentées en cours de saison, mais vous aurez aussi l’occasion de venir les goûter sur notre stand de dégustation au cours de notre prochaine fête des paniers, afin de nous donner directement votre avis sur la question.

Forcés de rester au bureau, certains d’entre nous s’activent : Claude Richer, responsable technique de l’ESAT de Pontlevoy, vient ainsi de faire l’acquisition d’une machine très originale : une égreneuse à choux de Bruxelles, qu’il est allé chercher chez un autre producteur dans l’Oise. Cet outil formidable est destiné à détacher mécaniquement les petites pommes du tronc, afin d’en accélérer la récolte. C’est, pour quiconque a déjà passé quelques heures en récolte dans un champ de choux Bruxelles en plein hiver, une magnifique invention qui économisera l’hiver prochain, on l’espère, de vilaines engelures aux usagers de l’ESAT. Vous serez bien entendu tenus informés de l’utilisation de cette curieuse machine à choux Bruxelles dès que les premiers essais auront pu être réalisés.                                                            

 

Edouard

 

Qui sommes-nous ?