• Salade
  • Betterave botte
  • Courgette
  • Pomme de terre primeur
  • Fraise
 
 

Les saints de glace sont passés, ...

 

Les saints de glace sont passés,

en avant pour la saison !

 

Les redoutés Saints de Glace sont derrière nous : Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais (soit les 11, 12 et 13 mai pour ceux qui ne connaîtraient pas le calendrier grégorien sur le bout des doigts) sont traditionnellement considérés comme les derniers jours présentant un fort risque de gelée. Des croyances ancestrales datant du Moyen âge autant vous dire si c’est sérieux !

Certes mais en fait, quand on est maraîcher, on a peur toutes les nuits lorsque le ciel est dégagé, et ce pendant toute la durée de la lunaison qui suit Pâques.

 

Pour 2014, cette phase se termine le 25 mai… On n’y est donc pas encore tout à fait. Cette phase est appelée « lune rousse » car les jeunes plantes sensibles au gel peuvent roussir sous l’effet des gelées matinales, si elles voient la lune. C’est donc par les nuits sans nuages que les rayons infrarouges, qui ne sont alors pas piégés dans l’atmosphère terrestre, repartent vers le lointain espace, emmenant avec eux de précieux degrés centigrades…. Refroidissement, gelée, et crac : plus de tomates.

 

Tous les ans ce phénomène emplit de larmes les yeux du jardinier du dimanche, trop pressé de planter ses tomates ou séduit par les chants des sirènes commerciales de la jardinerie du coin.

Pour l’équipe de pros composée des 37 exploitations qui sont dévouées au remplissage de vos paniers, pas question de se laisser surprendre. Et pas question non plus de chauffer les serres, car en bio il ne s’agit pas de consommer des ressources fossiles pour manger des tomates 15 jours avant les autres (à noter que tous nos voisins d’Europe ne partagent pas cet avis). Les tunnels et serres en tout genre constituent en règle générale une protection suffisante pour se prémunir du danger. En cas d’alerte rouge, il faudra sortir les fameux « voiles de forçage » dont je vous ai déjà parlé (une sorte de couette pour légumes).

 

Certaines de nos serres sont même dotées d’une double paroi gonflable : la couverture est dans ce cas composées de deux bâches superposées entre lesquelles de l’air est injecté de sorte à créer un coussin d’air, permettant de gagner considérablement en température et de limiter plus encore les risques de gelées.  Inventif et sécurisant dispositif, qui permet au maraîcher de dormir sur ses deux oreilles.

 

Quoi de neuf dans les exploitations ?

 

En bref : en raison d’un hiver doux, l’invasion de pucerons fortement pressentie par nos services de contre-espionnage se confirme. D’importants foyers sont repérés en de multiples sites et les pucerons occupent déjà des positions stratégiques sur courgette, poivron, concombre et aubergine. Des cas de mortalité de pieds de courgette ont déjà été recensés, alors même que nous n’en sommes qu’aux prémices de cette grande bataille. De nombreux renforts sont appelés par nos maraîchers qui lâchent de manière hebdomadaire des quantités considérables de micro-hyménoptères parasitoïde et mouches prédatrices. Les coccinelles, pourtant très attendues dans ce conflit, sont pour le moment restées planquées on ne sait où. Certains de vos producteurs, agacés par ces intrusions indésirables, ont  déjà répliqué à coups de purin d’ortie et de décoction de rhubarbe. Des produits naturels dont l’impact sur l’ennemi n’a pas encore pu être mesuré. Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de l’évolution de ce conflit majeur, dont l’issue déterminera en partie le contenu des paniers distribués.

 

Pour le moment, la précocité et la diversité sont au rendez-vous grâce à un début de saison relativement doux et lumineux (mais aussi grâce au talent de nos maraîchers qui s’améliorent d’année en année !). Alors réjouissons-nous car les primeurs sont au rendez-vous et les légumes d’été arriveront de bonne heure. Les courgettes sont déjà là et les concombres arrivent dans quelques jours.                                                                                      Edouard

                                                                                              Edouard

 

 

 

 

 

 

 

Qui sommes-nous ?