• Salade
  • Betterave botte
  • Courgette
  • Pomme de terre primeur
  • Fraise
 
 

En Octobre, en remplit le grenier !

Des courges, des patates, des oignons, des échalotes, des betteraves, des carottes, des choux, des pommes, des céleris raves… Pendant les mois d’octobre et de novembre, les chantiers de récolte tiennent une place prépondérante dans l’emploi du temps de vos maraîchers. Il faut mettre à l’abri des affres de l’hiver tous les bons légumes cultivés avec amour pendant ce millésime 2014, qui n’aura pas été le plus facile. Cette période est cruciale car de la qualité des récoltes d’automne dépendra l’approvisionnement des paniers jusqu’en mars-avril. Octobre est d’autant plus intense pour les maraîchers qu’il faut en même temps jongler avec l’arrachage des légumes fruits fatigués (tomates, concombres) pour les remplacer sous les serres par de la verdure qui agrémentera les salades de crudités de cet hiver : mâche, roquette et salade attendent leur tour pour être plantées, et pas question de prendre du retard en ce moment, car les jours diminuent très rapidement en ce moment et cela pourrait compromettre la récolte !

Pour le stockage de ces produits, différentes méthodes sont utilisées en fonction du niveau d’équipement des producteurs ou des exigences spécifiques de chaque espèce.

 

Le plus fiable mais aussi le plus cher, c’est le stockage en chambre froide. La maîtrise de la température permet la conservation la plus longue de la majorité des produits. Pour tous les légumes racines, le maintien de températures proches de 2°C assure une bonne qualité jusqu’en février-mars.

Des caisses de camion isolées sont également utilisées pour stocker à moindre coût les produits. Cela permet de maintenir les récoltes hors gel, mais on est obligé dans ce cas d’ouvrir très souvent pour aérer. Il faut aussi ouvrir quand il fait froid et refermer quand il fait chaud pour gérer au mieux la température… Bref, c’est moins pratique et aussi moins fiable.

Il y a aussi la solution voile de forçage : on laisse les légumes au champ et on les protège du gel à l’aide d’un voile (la fameuse couette pour légume qui réchauffe nos semis au printemps). Pas cher et économique en temps, mais c’est loin d’être sécurisant car la protection n’est pas suffisante en cas de longue période de gel.

La protection avec de la paille, qui est très isolante, pourrait être envisagée ; mais le gros problème dans ce cas ce sont les rongeurs ! Les mulots ont alors le gîte et le couvert et peuvent proliférer, bien abrités des buses et des faucons.

Il y a aussi l’option du « silo », utilisée souvent pour les betteraves : il s’agit en fait d’un gros tas posé au sol, recouvert de paille puis d’un film plastique pour l’abriter de la pluie. Là aussi, les mulots s’amusent…

Quelques rares légumes n’aiment pas le froid et se stockent donc dans les bâtiments. C’est le cas des courges, qui se plaisent mieux dans un climat tempéré et surtout sec. Le mieux pour une courge ? Ce serait en fait dans votre cuisine, ou mieux encore en déco dans le salon, en attendant de passer à la casserole…

Mais il n’est pas sûr que tout le monde aimerait recevoir 8 ou 9 courges d’un coup à exposer fièrement à la maison, aussi nous les distribuerons cette année encore au fur et à mesure.

                                                                                              Edouard

 

 

 

                  

 

 

 

 

 

Qui sommes-nous ?