La lutte contre le gaspillage alimentaire

Ce sujet est plus que jamais d’actualité, puisque ces jours-ci l’ancien ministre de l’Agroalimentaire - Guillaume Garot - remet un rapport au gouvernement comprenant diverses mesures pour «responsabiliser tous les acteurs de la chaîne alimentaire». Parmi ces solutions, entre autres : interdire aux supermarchés de jeter et javelliser les denrées alimentaires, créer de nouveaux circuits vers l’alimentation animale ou la valorisation énergétique, obliger le don des invendus à des associations caritatives, améliorer l’information au consommateur…

Le constat est effrayant : la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) estime qu'un tiers de la production alimentaire mondiale est perdue ou jetée soit l’équivalent de 1,3 milliard de tonnes chaque année.
A l’échelle européenne, la quantité totale des déchets alimentaires représenterait environ 89 millions de tonnes, soit 179 kg par an et par habitant. Et en France, chaque consommateur jette 20 à 30 kg d’aliments non consommés (restes de repas, fruits et légumes abîmés, pain…) par an, dont 7 kg sont encore dans leur emballage d’origine.

A la lumière de ces chiffres alarmants, on comprend bien que la réduction du gaspillage alimentaire  constitue un enjeu majeur, aussi bien environnemental, qu’économique et social.

Aux paniers bio du Val de Loire, nous n’avons pas attendu la publication de ces statistiques pour prendre conscience de ce problème… chez nous la lutte contre le gaspillage est une constante, que ce soit au niveau des producteurs (à toutes les étapes de leur travail : récolte, stockage ou transport), mais aussi au niveau de l’entreprise d’insertion Bio Solidaire, qui conditionne vos paniers bio.

Chez nos producteurs de l’association Val Bio Centre…

Parfois, des conditions météo exceptionnelles ou une récolte au-delà des prévisions peuvent générer un surplus de production. Dans ces cas-là, vous en êtes les bénéficiaires directs puisque nous ajoutons un produit supplémentaire, ou une quantité plus importante dans vos paniers bio !

Les producteurs travaillent également en collaboration avec des associations caritatives (Banque Alimentaire, Restos du Cœur), et les font régulièrement venir sur leurs exploitations pour récupérer les légumes non vendables ou en surplus. Enfin, lorsque des légumes sont vraiment trop abîmés (ce qui peut arriver par exemple avec des pommes de terre lors du ramassage), ils servent alors de nourriture pour les animaux.

Au sein des paniers bio…

L’entreprise d’insertion Bio Solidaire, qui conditionne chaque semaine vos paniers bio est l’un des derniers maillons de la chaîne, et la lutte contre le gaspillage est là aussi très présente dans les esprits. Les surplus ou les légumes ne pouvant être mis dans vos paniers sont d’abord proposés en libre-service aux salariés en insertion, qui peuvent ainsi les utiliser pour en faire bénéficier leur famille.

Des ateliers cuisine avec les salariés ont aussi été mis en place, pour aborder la question alimentaire au sens large, et les sensibiliser à la lutte contre le gaspillage en apprenant à utiliser justement les restes, les légumes abîmés ou biscornus.

Et le Secours Populaire est également sollicité régulièrement pour venir récupérer des fruits et légumes ne pouvant plus être mis dans les paniers.

Et dans les points de dépôt…

Des actions de partenariat sont menées avec les points de dépôt des paniers bio, en fournissant des légumes pour organiser les désormais célèbres « disco soupe », des ateliers cuisine ou dégustation, ce qui permet en plus de faire connaître les paniers bio lors de ces manifestations.

Sachez également que si un jour vous n’êtes pas en mesure de venir récupérer votre panier de la semaine dans votre point de dépôt, il ne sera pas perdu, nous trouverons toujours une solution pour en faire profiter quelqu’un.

Comme vous pouvez le constater, toutes les solutions sont imaginées pour éviter au maximum les pertes et faire de la lutte contre le gaspillage une vraie priorité ancrée dans nos actions au quotidien. Cette préoccupation s’inscrit en toute logique dans la démarche des paniers bio, et fait partie des valeurs portées par notre association.

En conclusion, et de manière plus globale, espérons que ce rapport officiel réveillera les consciences de tous les consommateurs, et suscitera de belles initiatives en matière de lutte contre le gaspillage…

 

Qui sommes-nous ?