• Radis
  • Courge potimarron
  • Blette
  • Carotte
  • Raisin
 
 

Le scandale des salades aux pesticides !

 

Journaux, télé, radio, internet… les salades sont hélas à la une des actualités ces derniers jours. La publication des résultats d’une enquête réalisée par l'association "Générations Futures" a fait l’effet d’une bombe : l’analyse d’une trentaine de salades achetées dans des supermarchés français révèle que 16% des échantillons contiennent des pesticides interdits (dont le DDT), et des perturbateurs endocriniens. Cette étude prend une grande importance dans l’opinion publique car la salade est le 4ème légume le plus consommé en France, avec près de 5kg par an et par ménage. Entre les producteurs de l’agriculture conventionnelle, les distributeurs ou même les politiques, chacun commente ou contre-attaque. Du côté des producteurs de légumes de vos paniers bio du Val de Loire, notre message est évident, puisque nous avons depuis longtemps fait le choix d’une autre agriculture, celle qui préserve votre santé et l’environnement, avec des pratiques saines et naturelles. Cette actualité est l’occasion de vous raconter le cycle de vie d’une salade, chez nous, directement de son point de vue !

« Au départ, je suis juste une petite graine, que l’on plante dans une motte. La température idéale pour que je me développe correctement est de 20°, s’il fait trop chaud, je vais lever plus difficilement, ou plus irrégulièrement. Je vais mettre environ 5 jours à lever, c’est à dire développer 3 ou 4 feuilles. Et là, je vais attendre tranquillement 2 ou 3 semaines avant que l’on me plante en pleine terre, dans les champs ou sous la serre (en hiver). Après, je me laisse faire, on s’occupe de moi. Au départ, on m’apporte des engrais organiques (ce sont des matières végétales compostées, sous forme de granulés). Ce complément va m’apporter tous les éléments nécessaires à mon cycle de croissance. On m’arrose régulièrement, en été j’ai besoin de presque 10mm d’eau tous les 2 jours, et on vient désherber autour de moi. Pour me préserver des maladies de type cryptogamique (liées aux champignons), on s’assure que j’ai assez d’espace pour respirer. On laisse en moyenne 30 cm entre mes voisines et moi, et jusqu’à 60 cm d’un rang à l’autre. Ainsi la circulation de l’air est facilitée et nous pouvons nous développer correctement jusqu’à notre maturité. Au bout d’un mois environ, je suis prête à être ramassée. Enfin, ça c’est en été, car en automne et en hiver, ma croissance est ralentie, et mon cycle de vie peut atteindre quasiment 5 mois, entre la plantation de ma graine et ma récolte. Enfin, je suis cueillie, à la main, puis lavée, et je me retrouve ensuite dans votre panier bio, avant d’arriver sur votre table. Alors, certes il aura fallu du temps, de la patience et de nombreuses attentions pour que j’arrive jusqu’à vous, mais je suis fière d’être bio, naturellement ! »                 

 

Céline

Qui sommes-nous ?