• Radis
  • Courge potimarron
  • Blette
  • Carotte
  • Raisin
 
 

Article du magazine Challenges

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir un article du magazine Challenges

 

Bio: les agriculteurs peuvent-ils répondre à la demande des consommateurs ?

Article de Valérie Xandry publié le 14-04-2016 dans le magazine Challenges.

 

Le Bio, c'est un marché enregistrant une croissance à deux chiffres et une montée en puissance de la consommation. La production agricole française est-elle suffisante pour y répondre ?

 

En 2015, 65% des Français ont consommé bio au moins une fois par mois. C'est bien plus qu'en 2014 (49%). Et c'est le signe d'une vraie accélération : entre 2003 et 2014, la part des Français ayant consommé bio au moins une fois par mois oscillait entre 37% (en 2003) et 49% (en 2014). Une demande grandissante accompagnée par une croissance à deux chiffres du marché : +10% en 2015, à 5,5 milliards d'euros. "Et début 2016, on constate encore une accélération très forte" indique Didier Perreol, président de l'Agence bio, vice-président du syndicat national des entreprises bio (Synabio) et par ailleurs entrepreneur en Ardèche (PDG du groupe Ekibio) et fils d'agriculteurs. Et ce, bien que la Bio reste encore un petit marché, rappelle-t-il. En 2012, le marché de l'alimentation bio ne représentait que 2,4% du marché alimentaire total.
Comment expliquer cette accélération? " Il y a eu notamment le phénomène de la
Cop21 et les gens ont pris conscience des pesticides, de la pollution. Le consommateur a confiance dans les produits bio car ils sont tracés et contrôlés. La santé est la motivation principale des consommateurs de produits bio. Et il y a aussi le vegan qui est en vogue. Hors, il y a beaucoup de produits vegan bio" décrit Didier Perreol. La préservation de la santé ressort en effet comme la principale raison incitant à consommer des produits bio, citée par 63% des consommateurs bio selon le baromètre Agence Bio / CSA 2015.
Face à cette forte croissance qui pousse de nombreux distributeurs à se précipiter dans le secteur, la production agricole française est-elle à la hauteur? Pour Didier Perreol, la réponse est oui. "Pour l'instant, la production est suffisante mais il faut garder un rythme soutenu" confirme-t-il. Fin 2015, 28.725 producteurs étaient engagés en Bio, soit 6,5% des fermes françaises. Côté surfaces agricoles, 1,3 million d'hectares étaient engagés en Bio fin 2015 (5% de la SAU, surface agricole utile, française) dont 300.000 hectares en conversion. Rien qu'en 2015, ce sont 60.000 hectares dont la conversion a débuté, ce qui laisse présager une forte croissance de la récolte certifiée bio à partir de 2017/2018.
Le bio, élément de réponse à la crise agricole
"Concernant la conversion des surfaces agricoles en bio, la sensibilisation a déjà eu lieu avec notamment le plan Ambition Bio 2017" évoque également Didier Perreol. Ce plan, lancé en décembre 2013 avait ainsi pour objectif un doublement de la part des surfaces en bio d'ici à fin 2017. Au regard des autres pays de l'Union européenne, la France fait aussi partie des bons élèves. En 2014, la France représentait 11% des 10,3 millions d'hectares cultivés en Bio dans l'Union européenne, soit le 3e pays le plus important. La France était également le 1er pays éleveur de poulets de chair bio, 2e pour l'élevage de vaches allaitantes et de porcs bio et pour la production de lait, d'œufs, de miel et 3e pour la production de céréales et de vins entre autres.
Autre élément à prendre en compte selon Didier Perreol: la crise agricole. "Aujourd'hui, le monde agricole est en pleine crise, en plein désarroi et le bio peut être un élément de réponse: il y a une meilleure rentabilité économique du bio, ce qui accroit les conversions. Et effectivement, ça s'intensifie avec la crise."
Au total, la sphère du bio draine quelque 100.000 emplois en France, dont 69.000 dans les fermes et 30.000 pour la transformation et la distribution. Et elle devrait continuer à se développer: "le marché est en progression constante et durable" souligne Didier Perreol qui indique qu'on "va dépasser les 6 à 6,5 milliards d'euros en 2016".

 

 

Lien vers l’article : http://www.challenges.fr/economie/agriculture/20160413.CHA7772/bio-les-agriculteurs-peuvent-ils-repondre-a-la-demande-des-consommateurs.html

 


Qui sommes-nous ?