Nouvelles en provenance directe des champs

L’hiver a été plutôt froid pendant plusieurs semaines en janvier et février, et il laisse place depuis peu au printemps : journées ensoleillées et températures plus clémentes  ! Cela permet aux premiers légumes primeurs d’être fins prêts pour être récoltés et mis dans les paniers : arrivent ainsi tous les produits bottes : navets, betteraves, radis … qui nous donnent l’occasion de varier les plaisirs en cuisinant les fanes. Les asperges arrivent plus tôt que d’habitude, et les voilà dès à présent qui pointent le bout de leur nez dans vos paniers, pour notre plus grand plaisir ! Les légumes feuilles tels que les blettes et les épinards, dont une ou deux coupes ont déjà eu lieu à l’automne, se remettent à pousser, apportant également un peu de fraîcheur.

C’est aussi une saison pendant laquelle les producteurs redoublent d’activité de préparation des sols, de semis, de plantation… Les plants de tomates sont mis en terre… Le fenouil croît doucement… Les pépinières de poireaux sont semées… Les pommiers et les poiriers sont en fleurs… Tout respire le retour à la vie !

Ces légumes arrivent au bon moment car à cause des épisodes très pluvieux de mai 2016 qui ont entraîné des baisses de rendement comprises entre 30% et 80% de pertes selon les producteurs et les cultures, les stocks d’un certain nombre de légumes de garde sont épuisés : plus de courges, plus de navets, plus de carottes ni d’oignons… encore quelques poireaux et pommes de terre heureusement ! Nos stocks de pommes et de poires sont également épuisés. C’est pourquoi nous faisons régulièrement appel à des groupements partenaires de producteurs 100% bio, qui partagent une éthique similaire à la nôtre, en cette période de jonction hiver - printemps. C’est le cas par exemple de Solébio, dans le Sud-Est, qui nous fournit aussi quelques fruits en été, et de Biobreizh, en Bretagne. Nous mettons aussi en place quelques partenariats direct producteurs, comme c’est le cas pour les kiwis de Lot-et-Garonne, les noix d’Isère ou encore les pomelos de Corse.

Témoignage d’Anne-Sophie Castets, productrice

« Le mois d’avril est une phase de transition dans notre petite exploitation maraîchère : nous finissons les cultures mises en place en automne et hiver sous serre (nous « vidons les tunnels » comme on dit dans notre jargon) et nous démarrons avec les cultures de printemps. Nous trouvons donc maintenant sous nos tunnels le fenouil, le chou rave, les salades et les pommes de terre primeur. Nous nous attelons aussi à l’implantation des tomates, et dans quelques semaines viendra le tour des poivrons, des aubergines et des concombres ! Beaucoup de travail donc, mais heureusement nous avons l’aide de nos salariés Arnaud et Nathan, et nos deux stagiaires Mateo et Daniel.

Les conditions sont idéales cette année pour tout ce qui concerne l’implantation des cultures de plein-champ : l’ensoleillement est exceptionnel et la pluviométrie est faible. Le travail du sol en est donc facilité et les plants s’acclimatent rapidement car les sols ne sont pas trop froids.

 

 

 

 

De plus, de faibles écarts de températures sont observés entre le jour et la nuit, ce qui favorise l’implantation et évite le développement de maladies.

Nous avons installé le système d’irrigation fin mars. D’habitude nous le faisons plutôt mi-avril voir fin-avril. C’est la seule inquiétude que j’ai aujourd’hui : la pluviométrie ayant été très basse cet hiver et ce printemps, les nappes phréatiques ne sont pas remplies, et cela nécessitera sûrement d’être vigilant quant à l’irrigation. Nous devrons être attentifs à ne pas arroser au-delà du raisonnable ! Et peut-être même rationner un peu les cultures… Mais nous espérons surtout ne pas connaître les inondations de l’an dernier, car même si nous avons été peu touchées par rapport à d’autres, il y a eu des conséquences néfastes comme par exemple le mildiou sur les tomates sous-abri. Ça ne nous était jamais arrivé !

En résumé, bon début de saison : bonne qualité des plants, facilité de préparation des sols, temps agréable pour travailler… Depuis 3 ans que nous sommes installées*, c’est la première fois qu’il est aussi facile de travailler à cette saison !

*Anne-Sophie est passée par la couveuse d’entreprise « Les Prés d’Amont » et s’est associée avec Brigitte pour créer la structure « Les Fourmis Vertes »

 

Qui sommes-nous ?