• Mâche
  • Betterave
  • Carotte
  • Courge Potimarron
  • Pomme
 
 

Rencontre avec un producteur, Loïc Pierret

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir notre producteur Loïc Pierret, installé depuis la fin de l’année dernière dans sa Ferme de la Fontaine à Couddes, dans le Loir-et-Cher. Après un passage de 3 ans par la couveuse d’entreprise « Les Prés d’Amont » située à Blois, et soutenue par notre association de producteurs Val Bio Centre, Loïc produit maintenant ses légumes sur ses propres terres ! Un bel exemple de réussite.

La Ferme de la Fontaine… ce n’est pas une fable que Loïc aurait pu écrire, mais plutôt une odyssée tant son parcours pour s’installer ressemble à celui d’un combattant. Heureusement, son caractère (qu’il juge lui-même entêté !) et sa volonté sans faille l’ont accompagné dans son périple et Loïc incarne aujourd’hui mieux que personne le célèbre adage « quand on veut, on peut » ! Loïc est un passionné, par son métier, la nature, l’environnement… il ne fait rien à moitié. C’est ainsi qu’en 2013, après plusieurs expériences comme technicien de rivière ou soigneur animalier, Loïc décide de se consacrer au plus proche de la terre en se lançant dans le maraîchage, - bio – cela va sans dire…

Comme il le souligne « cultiver la terre ça ne s’improvise pas, il faut avoir des bases solides, se former, observer. Le fait d’avoir fait des études liées à l’environnement, d’explorer la science du vivant et l’étude des sols m’aide beaucoup à comprendre les plantes et leur fonctionnement ». Loïc choisit de passer par le système de la couveuse d’entreprise afin de tester la viabilité de son projet. Pendant 3 ans, il cultive ses légumes bio sur les terres mises à disposition à Blois et fournit les paniers bio avec une partie de ses productions : ail, blettes, courges, radis…Pour s’assurer un complément de salaire, il travaille en parallèle dans 2 jardins d’insertion de notre association de producteurs, et fait chaque jour les trajets entre Blois et son domicile. Un rythme très soutenu, qu’il ne serait plus certain de tenir aujourd’hui, même si son métier reste très prenant et difficile.

En 2016, Loïc a fait ses preuves, son projet tient la route, et il commence les démarches pour son installation à son compte : recherche des terres, du foncier, démarches auprès des banques, des administrations… Il choisit de reprendre les terres de la ferme de la Fontaine, à Couddes dans le Loir-et-Cher, avec un gros challenge : sur place aucune infrastructure n’est prévue pour le maraîchage, tout est à construire. L’ancien exploitant, un éleveur, a arrêté son activité d’élevage quelque temps auparavant et il faut donc restructurer les sols, monter des bâtiments, installer un système de forage… Très vite, Loïc se heurte à la lenteur du système : retards de dossiers, lourdeur administrative... Il faut s’accrocher à son projet pour le voir aboutir. Rien que pour que son forage soit opérationnel sur ses terres, il aura fallu un an… ce qui a occasionné la perte de sa récolte de fèves au printemps ainsi que la moitié de ses céleris raves, et des échalotes trop petites qui ont souffert du manque d’eau.

 

Grâce à Terre de Liens, qui a acheté une partie de ses terres, l’unité de l’exploitation a pu être préservée et Loïc peut enfin accéder à la propriété en 2016 pour se lancer dans le concret ! Il commence par un gros travail sur le sol, de nature acide et sableuse. Il s’étonne lui-même de la rapidité avec laquelle sa texture et même sa couleur évoluent : un an après, il a déjà de très beaux résultats et contemple avec fierté ses rangs de radis et de navets, de panais et de betteraves, ses courgettes, ses choux, et ses nombreuses variétés de courge : sucrine, potimarron, patidou, butternut… Loïc privilégie les cultures en plein champ, même s’il a monté quelques tunnels pour abriter son persil ou ses blettes. Son activité de maraîchage s’étend actuellement sur 3 à 4 hectares, qu’il espère monter à 5 l’an prochain, puis 10 en 2019. Il possède en tout une trentaine d’hectares, dont une grande partie, pour le moment en prairie, sera mise en culture progressivement. Loïc a choisi de se spécialiser plutôt sur les gros volumes, avec peut-être un peu moins de diversité que certains de ses collègues. Il commercialise ses productions via les structures régionales de vente en demi-gros et les paniers bio du Val de Loire bien évidemment. Actuellement, Loïc emploie 3 salariés en contrats saisonniers, pour l’aider sur la préparation des planches, les semis, les récoltes… Et il prévoir déjà d’embaucher du renfort pour les récoltes de septembre, notamment sur les courges où il espère plus de 10 tonnes de rendement ! Prochaine étape très attendue… l’arrivée des frigos pour stocker ses récoltes. Sans cette zone de stockage au froid, le temps de conservation des légumes est très limité, c’est ainsi qu’il a perdu des courgettes pendant l’été.

Le domaine de Loïc est installé au cœur d’un écosystème très riche : une mare, des prairies, des haies, des bois, un cours d’eau… un véritable paradis pour ce passionné de nature qui reste émerveillé par un oiseau qui suit le sillage de son tracteur, le chant des grenouilles, ou le ciel étoilé les soirées d’été… Au milieu de ses champs, Loïc est aussi épanoui que ses légumes ! Il est fier d’avoir réussi son pari, il peut enfin travailler dans de bonnes conditions, avec ses propres équipements, et les résultats de sa première année sont plus qu’encourageants.

Souhaitons-lui une bonne continuation !

Céline

 

 

Qui sommes-nous ?