• Radis
  • Courge potimarron
  • Blette
  • Carotte
  • Raisin
 
 

Article Nouvelle réglementation bio

 04/09/2018

Nouvelle réglementation bio = nouvelles interrogations

 

Pour essayer d’y voir un peu plus clair sur cette nouvelle réglementation bio, validée au printemps 2018, et qui rentrera en vigueur en 2021, voici quelques extraits d’un article paru sur Agoravox : « Le beau bordel européen de l’agriculture bio » par Korrigan, jeudi 9 août 2018. Une réflexion intéressante sur cette future réglementation, avec une inquiétude en toile de fond : entre incompréhensions et incohérences, ce nouveau règlement ne va-t-il pas porter atteinte aux valeurs fondamentales de l’Agriculture Biologique ?

 

« Il est difficile de trouver un agriculteur bio français qui ne soit pas vent debout contre le règlement européen actuel de l’agriculture biologique. Mais en voulant corriger les erreurs du passé, le mouvement de la bio et les politiciens européens en font de nouvelles ! Gravissimes pour l’avenir de l’agriculture biologique ! »

 

VOULOIR DEMOCRATISER L’AGRICULTURE BIO : UNE ERREUR ?

 

« Pourquoi le règlement européen actuel ne satisfait pas les paysans bio ? Parce qu’il est beaucoup moins ambitieux que le règlement français originel, qui a dû s’aligner sur la version commune, plus légère. Résultat ? Des éléments importants ont été perdus comme le lien à la terre, c’est-à-dire l’obligation de planter en pleine terre les fruits et légumes cultivés (donc d’éviter l’hydroponie par exemple), facteur essentiel pour le goût des aliments ! Pour un maraîcher artisanal et local, cela veut aussi dire que ses fruits et légumes, cultivés selon les normes plus élevées de l’agriculture bio française d’avant, ne sont pas plus valorisés que ceux produits dans la région de la mer de plastique du Sud de l’Espagne, qui s’est également mise à la bio… mais juste le strict minimum pour apposer le logo « AB ». » {…}

 

LE CASSE-TÊTE DE LA LEGALISATION DES SEMENCES PAYSANNES

 

« En fait, il est question du droit de vendre du « matériel hétérogène », c’est-à-dire des graines qui sont plus ou moins semblables, mais pas suffisamment pour être décrites comme faisant partie d’une variété bien précise. {…}…pour un maraîcher professionnel, ce serait une catastrophe, toute sa planification (quand auront lieu les levées ? Quel espacement entre les plants ? Quelle maladie surveillée ? etc) serait impactée. {…} En voulant assouplir la commercialisation des semences paysannes, on risque surtout d’augmenter les risques pour les agriculteurs bio de se retrouver avec des cultures qui n’étaient pas celles attendues ! »

Deuxième souci : « Actuellement, les variétés cultivées pour la plupart des fruits et légumes sont les mêmes en bio et en conventionnelle. Cela pose certains problèmes : des variétés qui marchent très bien en agriculture classique peuvent être décevantes en bio. {…} Pour résoudre cette question, les politiques ont eu une fausse-bonne idée : demander à ce que les variétés utilisées en bio soient créées et cultivées spécifiquement pour la bio ! {…} Les maisons semencières préfèreront créer des variétés pour la bio ou l’agriculture conventionnelle ? A partir de 2021, acheter des semences en bio risque de devenir un casse-tête ».

 

L’AMALGAME ENTRE OGM ET MUTAGENESE

 

{…} la cour de justice européenne a qualifié les plantes obtenues par mutagénèse d’« OGM »… comme les OGM de Monsanto ! A part que tout le monde utilise ces plantes depuis des dizaines d’années.

Rappel : la mutagénèse consiste à exposer des cellules végétales à des agents énergétiques (rayons X) ou des substances chimiques pour repérer celles qui ont la meilleure résistance et isoler celles qui pourraient avoir de nouvelles mutations intéressantes (résistance à une maladie, meilleur réseau racinaire, etc).

« La Confédération paysanne, pourtant peu connue pour son amour des OGM, reconnaît que c’est impossible d’interdire les plantes mutées en bio, et pourtant c’est ce que vient de faire la cour européenne ! Car en reconnaissant, que la mutagénèse = OGM, cela veut dire de facto qu’on ne peut plus cultiver les plantes qui en sont issues ! Autant dire toutes ! C’est l’une des premières règles de la FNAB (la fédération de l’agriculture bio) : « Les organismes génétiquement modifiés (OGM) et les produits obtenus à partir d’OGM ou par des OGM sont incompatibles avec le concept de production biologique et avec la perception qu’ont les consommateurs des produits biologiques. Le règlement bio dit « pas d’OGM » et les juges européens viennent de dire que tout ce qui est mutagénèse crée un OGM. »

 

En bref, les choses ne vont définitivement pas dans le bon sens au niveau européen. On nivelle vers le bas les conditions de culture pour avoir la certification AB, et de l’autre on est en train de faire n’importe quoi avec les graines, qui sont quand même la base de notre métier ! Si on voulait détruire la bio, on ne s’y prendrait pas autrement ! Il est grand temps que les syndicats du bio, Confédération paysanne et FNAB les premières, se mettent sérieusement à bosser sur ce dont les paysans bio ont vraiment besoin : un cadre clair et COHERENT !

 

Les producteurs de vos paniers bio sont regroupés au sein d’un collectif : Val Bio Centre. Cette association créée il y a plus de 15 ans regroupe aujourd’hui près de 50 maraichers et arboriculteurs bio de la région Centre avec un socle commun de valeurs de défense et de promotion de l’Agriculture Bio. Respecter la nature, les saisons, les sols, l’environnement, la santé, proposer des produits de qualité, certifiés 100% biologiques et en circuit-court sont depuis toujours les fondements même de notre travail et devraient l’être pour l’ensemble des acteurs de la filière biologique. Quels que soient les changements et les évolutions, en positif ou en négatif, que ce futur règlement nous réserve, nous continuerons à œuvrer dans le même sens pour vous offrir les meilleurs produits. 

 Céline

 

Sources et approfondissement :

https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/le-beau-bordel-europeen-de-l-206723

Pour consulter le règlement européen : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=OJ%3AL%3A2018%3A150%3AFULL&from=FR

Les textes relatifs plus précisément aux OGM : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:62016CJ0528&from=FR

 

 

 

 

 

Qui sommes-nous ?