Des oranges bio de Sicile dans vos paniers ! ­čŹŐ­čŹŐ

 

Cette semaine, vous allez trouver des oranges bio dans votre panier. Fruit de l’hiver par excellence, l’orange est le 4ème fruit le plus cultivé au monde et le deuxième en terme de consommation en France. Ce ne sont pas de simples oranges, déjà parce qu’il s’agit d’une variété particulière : la Sanguinello. Comme son nom l’indique, c’est une orange sanguine. Cette variété tardive se récolte de février à avril, et elle offre des fruits de taille moyenne, à la pulpe teintée de rouge et la chair tendre, juteuse et sucrée. Mais ces fruits qui nous viennent de Sicile, en direct de producteurs engagés dans le maintien et le développement de l’agriculture biologique, véhiculent avec eux de vraies valeurs humaines, environnementales et sociales.
Ces fruits proviennent d’un groupement de producteurs : Galline Felici, avec qui nous avions envie de travailler et que nous allons vous présenter.

A l’origine, Roberto Li Calzi, agriculteur bio en Sicile, rencontre le réseau des GAS (équivalent des amap). Il commence à proposer ses oranges directement aux particuliers puis face à la croissance de la demande il fait appel à des amis agriculteurs tous sincèrement engagés depuis longtemps dans l’Agriculture Biologique. Ils fondent en 2008 le Consortium Sicilien « Le Galline Felici » - les Poules Heureuses - en clin d’œil à des poules à qui Roberto avait rendu leur liberté après les avoir rachetées dans un élevage industriel. Le but de cette coopérative est de permettre au plus grand nombre de consommer des produits bio et de créer ensemble des alternatives pour garantir la survie des petites exploitations.
Comme ils se définissent eux-mêmes : « Notre Poulailler est fait de personnes “bio-diverses” et variées. Chacun des producteurs qui le composent est confronté à des difficultés différentes, développe sur son territoire des projets personnels plus ou moins importants en terme de taille, et a ses propres convictions ».
Ce Consortium d'agrumiculteurs est situé entre Catania, Siracusa et Ragusa (Sicile), dans une plaine aux caractéristiques agronomiques où les fruits (notamment les oranges sanguines) développent pleinement leur potentiel aromatique.
Nos deux groupements, Val Bio Centre et le Galline Felici, partagent de nombreuses valeurs, notamment l’économie solidaire et la volonté de contribuer au développement de l’Agriculture Bio, au travers des circuits courts. Ils sont comme nous très attachés aux valeurs de la terre, de l’agriculture et de la solidarité, et nous les avons accueillis fin 2018 pour une visite de notre organisation. En discutant de leur approche et en découvrant nos points communs, nous avons eu envie de tisser un vrai partenariat avec eux en commençant par proposer dans vos paniers de fruits certaines de leurs productions, notamment les agrumes.

Laissons la parole à l’un de ces producteurs, qui parle tellement bien de son métier :
« Je suis Antonio Grimaldi et je voudrais vous parler de la terre d’où proviennent certaines des oranges que les Gallinefelici portent jusqu’à vous. Plus que vous dispenser une leçon d’agrumiculture, je voud
rais vous parler du bonheur qu’inspire cet endroit. Un agriculteur rencontre toujours beaucoup de difficultés: des phénomènes naturels qui en un instant peuvent détruire le travail d’une année en passant par les personnes ne respectant pas ton travail à l’administration publique qui te harcèle parfois avec hystérie. Je n’échappe pas non plus à tout cela...
...mais vivre au milieu d’une grande vallée, avec à l'est le village de Centuripe me surplombant, perché sur sa colline et à l’ouest, l’Etna changeant de couleur au fil des heures - passant du bleu obscur à l’aube au rouge au coucher du soleil, au blanc neige pendant l’hiver et au noir lave pendant les chaleurs estivales - apaise ma vue. Le bruit des cloches des vaches paissant dans le lit de la rivière Salso, le ruissellement de l’eau, le bruissement du vent escaladant la pente, le bourdonnement des abeilles travaillant sans cesse dans leurs alvéoles, les cris stridents des buses qui tournoient dans le ciel et le croassement des corbeaux sont les sons composant la bande sonore de ce paysage.
Et les parfums? Au printemps, l’odeur de fleur d’oranger qui pénètre dans tes narines et celui du fumier qui donne aux citadins l’envie de se boucher le nez et pénètre dans les vêtements alors que pour l’agriculteur il s’agit de l’odeur de la vie! Et le goût des oranges bien mûres? Et la sensation de s’étendre sur un tapis de trèfle ?
Tous nos sens sont comblés… et l’on oublie temporairement nos problèmes, prêts à revenir à peine on se remet au travail. Nous cultivons dans le respect du biologique. Venant de l’agriculture conventionnelle chimique, nous nous sommes rendus compte que le terme “agriculture biologique” ne signifiait pas simplement remplacer les produits chimiques par des produits organiques mais que tout le processus de production devait être revu : le dimensionnement de l’implantation arboricole afin de pouvoir travailler toute la terre; les variétés à utiliser, car certaines sont naturellement résistantes aux parasites; les méthodes d’irrigation, pour permettre de réaliser des économies d’eau et empêcher le développement des mauvaises herbes. Ne pouvant plus recourir en cas de besoin à des désherbants, engrais chimiques, antiparasitaires et tant d’autres produits utilisés par l’agriculture conventionnelle, nous avons dû tout repenser. Afin de ne pas se retrouver en difficultés dans les phases de cultures suivantes, “prévenir” fût le mot d’ordre. Cela signifiait entrer en symbiose avec les plantes, suivre attentivement les diverses phases de leur développement en cherchant à anticiper d’éventuelles difficultés. Nous devons, pour ainsi dire, être à l’écoute de la nature et non l’inverse. Aujourd’hui, nous avons également éliminé le labourage du sol et nous limitons à l’arrachage des mauvaises herbes. »

PS : nous avons eu la chance de les goûter.. elles sont exceptionnelles !

Qui sommes-nous ?