• Radis
  • Courge potimarron
  • Blette
  • Carotte
  • Raisin
 
 

Antilles françaises menacées par les pesticides

Le ministre de l'agriculture, Michel Barnier, estime lundi 17 septembre que la situation est "très grave" aux Antilles, qui, selon un cancérologue auteur d'un rapport pour le Parlement, auraient été "empoisonnées" par des pesticides. Interrogé sur Europe 1, le ministre a reconnu que l'usage de ces produits nocifs a des conséquences sur la qualité des terres. "On a une opportunité de faire autrement à partir de maintenant, puisque les bananeraies ont été détruites par le cyclone Dean en août dernier", tempère-t-il. "Au moment où l'on va replanter, on a l'occasion d'utiliser peu ou pas de pesticides."
Ces propos sont étayés par l'étude du cancérologue, Dominique Belpomme, qui sera rendue publique mardi 18 septembre à l'Assemblée nationale. La Martinique et la Guadeloupe sont "empoisonnées", affirme-t-il lundi, dans un entretien à Aujourd'hui en France/Le Parisien. "Les expertises scientifiques que nous avons menées sur les pesticides conduisent au constat d'un désastre sanitaire aux Antilles", estime-t-il.
Selon le cancérologue, qui a conduit récemment une mission scientifique dans ces deux départements d'outre-mer,"l'empoisonnement concerne le sol et l'eau". Les principaux produits incriminés sont le chlordécone, que la France a interdit en 1990 sur son territoire – sauf aux Antilles –, et le paraquat. Ces substances nocives ont une durée de vie de plusieurs siècles.
M. Belpomme dit avoir constaté que le taux des cancers de la prostate est "majeur" aux Antilles, même si les scientifiques n'ont "pas encore la preuve épidémiologique" qu'ils sont liés aux pesticides.

Source : le Monde, http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3244,36-955898@51-955900,0.html


Qui sommes-nous ?